Les Beaux dormants

22 février 2018 à 11h19

CERISE FM

Ballet jeune public - Par le Ballet de l'Opéra national du Rhin, chorégraphie Hélène Blackburn, création musicale Martin Tétreault.

La chorégraphe canadienne Hélène Blackburn revisite « La Belle au bois dormant » de Tchaïkovski pour le ballet de l’Opéra national du Rhin. L’occasion d’évoquer un sujet qui la fascine : la puberté, à destination des actuels et... futurs adolescents, ainsi que leurs parents.

Comment attirer des jeunes à un spectacle de danse, en dehors des petits rats de l’opéra et des pratiquantes du Conservatoire ? C’est la question, toujours épineuse, auquel se confronte un jour ou l’autre un directeur artistique. Bruno Bouché, à la tête du ballet de l’Opéra national du Rhin, a tranché, en proposant une création destinée aux enfants et adolescents, par une compagnie de renommée internationale : Cas public.

Fondée en 1989 par la chorégraphe canadienne Helène Blackburn, cette compagnie s’est tournée peu à peu vers le spectacle jeune public : elle y a rencontré un succès immédiat et mondial avec Nous n’irons plus au bois, œuvre qui compte aujourd’hui plus de 300 représentations.

Les spectateurs alsaciens auront peut-être déjà apprécié son travail l’an dernier avec saSymphonie dramatique, adaptation de Roméo et Juliette, à l’Espace 110 à Illzach dans le cadre de la Quinzaine de la danse ou au Festival Compli’Cité à Huningue.

Un rite de passage

Cette fois-ci, elle s’attaque à un autre mythe : La Belle au bois dormant de Tchaïkovski, dont elle s’inspire librement. L’occasion de s’attaquer à un de ses sujets préférés : le passage de l’enfance à l’adolescence. « Sentier facile pour les uns, forêts de ronces pour les autres, c’est dans l’apprentissage du choc amoureux, la rencontre de l’autre, que survient l’éveil », déclare-t-elle dans sa note d’intention.

Et pour cette création, elle a beaucoup lu le psychanalyste Bruno Bettelheim qui voit dans ce conte un rite de passage déterminant : « La rencontre harmonieuse du prince et de la princesse, l’éveil de chacun d’eux devant l’autre, est le symbole de ce qu’implique la maturité : non seulement l’harmonie vis-à-vis de soi-même mais également l’harmonie vis-à-vis de l’autre. »

Se détourner du classique

En attendant l’harmonie, Helène Blackburn provoque le déséquilibre. Dans cette pièce pour 9 danseurs, elles ne sont que trois femmes pour six hommes, opérant des glissements entre le féminin et le masculin, avec un garçon qui fait des pointes.

En danse comme en musique, la chorégraphe navigue entre classique et contemporain. Elle a ainsi fait appel au compositeur et DJ Martin Tétreault, passionné par les musiques expérimentales, pour créer une bande-son à partir d’extraits de la partition de Tchaïkovski.

Renseignements :

  03 89 33 78 01
  www.onr.fr

Horaires :

Jeudi 22 Février 2018 à 19h, Vendredi 23 Février 2018 à 19h et Samedi 24 Février 2018 à 15h et 19h

Tarifs :

- 26 ans : 8€
Zone 1 : 25€
Zone 2 : 20€
Zone 3 : 12€
Zone 4 : 10€