Les Vagamondes 2019 à Mulhouse

JANV.
09
09 janvier 2019 à 11h46
20 janvier 2019 à 23h00
La filature
68100, Mulhouse

Le festival les Vagamondes du 9 au 20 janvier fait l’événement comme chaque hiver à Mulhouse et alentours, avec 16 spectacles, 13 rencontres et tables rondes, des projections et des expositions. Avec cette année, un focus sur le Moyen-orient.

Depuis ses débuts, le festival Vagamondes est dédié aux cultures du Sud, faisant un pont entre les deux rives de la Méditerranée. Mais il est de plus en plus tourné vers le Moyen-Orient et ses théâtres de guerre, ses chapes de plomb et ses crispations sociales : Iran, Irak, Syrie, Liban, Turquie… Toujours avec la même motivation : présenter des « spectacles qui font l’actualité et qui font sens » dixit Monica Monica Guillouet-Gélys, directrice de la Filature.

Des spectacles à succès

Il est en tout cas un spectacle qui fait l’unanimité, « Tous des oiseaux », la dernière création de Wajdi Mouawad, directeur du Théâtre de la Colline à Paris, qui signe une fresque familiale de quatre heures et en quatre langues (arabe, hébreu, allemand et anglais) qui tient malgré tout les spectateurs en haleine.

Comme souvent, Mouawad mélange l’intime et l’Histoire pour raconter une histoire d’amour impossible entre un jeune chercheur juif allemand et une jeune fille américaine d’origine palestinienne (16 et 17/01 à la Filature).

Autre spectacle à grand succès qui a tourné dans le monde entier et même jusqu’au Bolchoï de Moscou : « Ce que le jour doit à la nuit » d’Hervé Koubi qui a découvert ses origines algériennes sur le tard et qui a réuni 12 danseurs des rues d’Alger pour créer un spectacle de danse contemporaine influencée par le hip hop et la capoeira (18/01 à l’Afsco).

A contrario, « La Fiesta » d’Israel Galván a divisé les spectateurs et a même été hué à Avignon en 2017. Ce danseur sévillan prend de grandes libertés – trop de libertés pour certains – avec le flamenco, et s’amuse ici de son image d’artiste culte dans une fête pour le moins chaotique (12/01 à la Filature).

Deux créations mondiales sur Bagdad et Damas

Prendre des risques, c’est une autre facette de ce festival engagé qui programme cette année deux premières mondiales avec des metteurs en scène inconnus en France. Elle accueille ainsi le metteur en scène irakien Anas Abdul Samad et son théâtre sans paroles, « jamais venu en Occident » pour la création de « Yes Godot » : « Becket est une figure tutélaire dans le théâtre du Moyen Orient, aussi important que Shakespeare pour les Anglais ou Molière pour les Français. Ici, il n’est qu’un prétexte pour raconter la vie des Irakiens faite de violence, mais cette violence est maintenue à distance en passant par le truchement de la poésie, du mime… », souligne Renaud Serraz, directeur de la communication de la Filature (9,11,15, 17/01 à la Filature).

On quitte Bagdad, la capitale irakienne pour Damas, la capitale syrienne dans « Chroniques d’une ville qu’on croit connaître » de Wael Kadour et Mohamad Al Rashi. Point de départ ? Le suicide d’une jeune fille au moment où le Printemps arabe gagnait la Syrie et qu’un monde nouveau s’annonçait (15 et 16/01 à la Filature)

La Filature coproduit aussi « Quasi Niente », du tandem italien Daria Deflorian et Antonio Tagliarini : un drame sensible qui s’immisce dans la vie de Giuliana, une femme qui ne trouve ni sa place ni de sens dans le monde qui l’entoure (9 et 10/01 à la Filature).

Elle invite aussi la Bulgare Neda Sokolovska pour « Mir Vam », un « petit bijou » qui explore la question des migrants (15 et 16/01 à l’Espace 110).

Des musiques du monde

Les Vagamondes sont aussi un rendez-vous musical. La Filature nous emmène en Arménie avec André Manoukian qui renoue avec ses racines (13/01) et au Burkina Faso avec Seydou Borodont la musique puise dans les musiques mandingues et le blues afro-américain (19/01).

De leur côté, les Dominicains de Haute-Alsace accueilleront l’artiste franco-libanais, Bachar Mar-Khalifé qui mélange influences orientales et occidentales (10/01). Ils transformeront aussi leur réfectoire en bivouac marocain pour découvrir la musique gnawa en compagnie d’Alexis Paul et Mourad Belouadi (14/01).

13 conférences et tables rondes

Les Vagamondes consacrent aussi un large volet aux sciences humaines. Cette année, ce sont pas moins de 13 rencontres, conférences ou tables rondes en entrée libre qui sont proposées avec les plus grandes spécialistes pour mieux comprendre le Moyen-Orient. Ainsi, l’historien Henry Laurens viendra parler des conséquences de son partage (17/01) et le géographe Paul Orcier viendra expliquer à l’aide de cartes le Moyen-Orient pour les nuls. Le festival accueillera aussi des spécialistes de l’Irak (Myriam Benraad), du Kurdistan (Boris James) et de la Syrie (Leyla Dakhli).

N'oublions pas les projections de films au cinéma le Bel-Air et les expositions photographiques à la Filature et à l'Espace 110.

Tout le programme du Festival Les Vagamondes à Mulhouse à découvrir ci-dessous

Renseignements :

Horaires :

Du Mercredi 9 Janvier 2019 au Dimanche 20 Janvier 2019

Tarifs :

Pass Vagamondes (dès 3 spectacles) : 
- 17€ la place pour Bachar Mar-Khalifé, André Manoukian Quartet, Tous des oiseaux
- 13€ la place pour Yes Godot, Quasi Niente, Summerless, La Fiesta, Chroniques d'une ville qu'on croît connaître, Mir Vam (Peace be with you), Ce que le jour doit à la nuit, Seydou Boro + Perrine Fifadji, Suvasun
- 11€ la place pour Géologie d'une fable, Je hurle

Films : 
Tarif réduit au Bel Air sur présentation du Pass Vagamondes
Entrée libre à la Filature